jeudi , 14 décembre 2017
Accueil / A la une / Affaire Orascom : Naguib Sawiris veut «récupérer» 5 milliards de dollars de l’Algérie
lesechsosdalger-Nadjib-Sawiris

Affaire Orascom : Naguib Sawiris veut «récupérer» 5 milliards de dollars de l’Algérie

Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), relevant de la Banque Mondiale, vient de procéder à l’installation d’un comité ad hoc pour statuer sur un recours introduit par Orascom TMT Investment dans le cadre de l’arbitrage l’opposant à l’Algérie. Le Cirdi a désigné l’ancien président de la Cour internationale de justice, le Slovaque Peter Tomka, pour présider ce comité ad hoc. Le comité devrait statuer sur une demande d’annulation du verdict rendu le 31 mai dernier par le Cirdi et qui a été en faveur de l’Algérie, ajoute la même source.

Pour rappel, le Cirdi avait jugé «irrecevable» la demande du patron d’Orascom, Naguib Sawiris, qui réclamait à l’Etat algérien 5 milliards de dollars de dommages et intérêts. Il l’avait sommé, en outre, de rembourser à l’Etat algérien les frais engagés dans cet arbitrage.

Pour rappel, Naguib Sawaris a poursuivi son action d’arbitrage en dépit d’un accord annoncé le 18 avril 2014 entre Vimpelcom, l’acquéreur de sa filiale de téléphonie mobile en Algérie, Djezzy, et le Fonds National d’investissement portant sur le règlement à l’amiable du contentieux. L’accord a aussi mis fin au deuxième arbitrage enclenché en novembre 2012 par les filiales russe de Vimpelcom sous les auspices du Cirdi. Épinglé pour évasion fiscale, le premier opérateur de la téléphonie mobile en Algérie a été également condamné par la justice algérienne pour transfert illicite de capitaux. Djezzy a été imposé par le fisc algérien à hauteur de 950 millions de dollars représentant les redressements fiscaux entre 2004 et 2009 et a été assigné de payer 1,3 milliard de dollars pour non respect à la réglementation algérienne sur les devises étrangères.

  1. T

Voir aussi

presidence1

Mauvaise gestion : 314 rapports transmis par l’IGF à la présidence de la république

Plus de 300 rapports, soit plus exactement 314 dossiers ont été transmis par I’inspection générale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
S'abonner