vendredi , 28 septembre 2018
Accueil / A la une / Crise du FFS : la réunion du conseil national délocalisée à l’hôtel Riadh de Sidi fredj
lesechosdalger-ffs-crise-congrés-

Crise du FFS : la réunion du conseil national délocalisée à l’hôtel Riadh de Sidi fredj

La crise semble s’installer réellement au sein du plus vieux parti de l’opposition démocratique en Algérie. Si non comment expliquer la «délocalisation » du lieu de la tenue de la session extraordinaire du conseil du FFS ? En effet, prévue pour ce vendredi 09 mars au siège nationale, ladite réunion se tiendra finalement au niveau de l’hôtel Riadh de Sidi Fredj a-t-on appris de source proche du parti.

Selon la même source, la décision de «délocaliser» le lieu de la réunion a été pris ce jeudi tard dans la soirée par les membres en charge de préparer cette réunion et ce « afin d’éviter que la réunion prendre une autre dimension». Pour rappel, les membres de cette importante instance organique doivent trancher sur la suite à donner à la crise que le parti traverse depuis la démission de M. Ali Laskri de l’instance présidentielle du parti.

Ainsi, au-delà des travaux houleux qui ont caractérisé la précédente réunion du conseil national, les membres de cette instance ont préféré reporter la décision d’aller ou pas vers un congrès extraordinaire pour une autre rencontre prévue le 9 mars prochain. «Le conseil national a chargé le bureau qui a présidé les travaux de cette rencontre de présenter le 9 mars une résolution finale qui tranchera la question de la tenue d’un congrès extraordinaire du parti», a-t-on indiqué.

Pour rappel, cette crise couvant au sein du vieux parti de l’opposition a éclaté au grand jour depuis la démission d’Ali Laskri de son poste de membre de l’instance présidentielle et de coordinateur, rendant caduc le présidium et obligeant ainsi ses pairs du parti à aller vers un congrès extraordinaire, comme le stipulent les statuts de ce parti relatifs à l’instance présidentielle. En effet, l’article 48 des statuts du FFS précise que «si le nombre des membres de l’instance présidentielle est réduit à moins de trois, un congrès extraordinaire est convoqué pour élire une nouvelle instance présidentielle ». Sauf que, au sein de la direction du parti, c’est précisément la tenue du congrès extraordinaire, donc l’application et le respect des statuts, qui partage cette instance déjà affaiblie depuis l’exclusion de Rachid Hallet et le départ de Saïda Ichalamène, puis, tout récemment, la démission d’Ali Laskri. Les statuts du parti prévoient que «le congrès se réunit en session ordinaire tous les quatre ans sur convocation de l’instance présidentielle » ou «en session extraordinaire à la demande de l’instance présidentielle ou des deux tiers des membres du conseil national».

Lamine. B

 

Voir aussi

38882895_2108497142722897_3405710900231929856_n

Match avancé de la 8émejournée : La JSK épingle l’ESS par un but à zéro

La JSK a réussi l’exploit en déplacement à Sétif, en réussissant à battre l’équipe locale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
S'abonner