samedi , 22 septembre 2018
Accueil / A la une / Décédé ce samedi: La dépouille de Djamel Allam rapatriée mardi et inhumée à Béjaia
lesechosdalger-djamel-allam

Décédé ce samedi: La dépouille de Djamel Allam rapatriée mardi et inhumée à Béjaia

La dépouille de Djamel Allam, un des maîtres de la chanson kabyle moderne emporté samedi à l’âge de 71 ans par une longue maladie, sera rapatriée mardi et inhumée le jour même au cimetière de Sidi M’hamed Amokrane à Béjaia, sa ville natale, a appris l’APS auprès de ses proches.

La dépouille sera acheminée de France vers l’aéroport international Abane-Ramdane de Béjaia, où une cérémonie de recueillement sera organisée à la mémoire de l’artiste pluridisciplinaire, a précisé Rabah Allam, frère du chanteur. Considéré comme un des porte-voix de la chanson kabyle moderne, Djamel Allam a suivi ses premiers cours de musique au conservatoire de Béjaia au lendemain de l’indépendance, avant d’entamer sa carrière en Algérie et à  l’étranger.

En 1967, alors qu’il était machiniste au théâtre du Gymnase à Paris, l’artiste a rencontré de grands noms de la chanson française à l’image de Brassens, Georges Moustaki, Léo Ferré et Bernard Lavilliers. Au début des années 1970, Djamel Allam sort son premier album «Mara ad-youghal» (Quand il reviendra), un de ses célèbres tubes qui sera largement plébiscité par les médias et le public. Suivront d’autres albums dont « Les rêves du vent » en 1978, « Si Slimane » en  1981 et « Salimo », sorti quatre ans plus tard.

 En 2001, Djamel Allam a associé le compositeur Safi Boutella et édite un album intitulé «Gouraya », autre nom donné à la ville de Béjaia. Né en 1947, l’artiste s’est produit sur de nombreuses scènes en Algérie, en Europe et en Amérique, et reste, pour les mélomanes, celui qui a donné avec d’autres artistes comme Idir et Takfarinas, une large audience à la chanson kabyle moderne.

Pour célébrer les 40 ans de carrière de Djamal Allam, l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (Onda), avait organisé en novembre dernier à Béjaia, un gala en hommage au chanteur qui était présent malgré son état de santé sérieusement dégradé à cause d’un cancer du pancréas. De grands noms de la chanson kabyle comme Boudjemâa Agraw, Brahim Tayeb, Yacine Zouaoui et le groupe Tagrawla ont déroulé à l’occasion une partie de son riche répertoire, en présence de l’artiste.

Dans le cinéma, Djamel Allam a réalisé « Banc public », un court métrage sorti en 2012 et composé des musiques de films, notamment pour « Prends 10.000 balles et casse-toi » de Mahmoud Zemouri et « La pirogue » de  Jean-Claude Berget. Passant devant la caméra, Djamel a été distribué dans plusieurs films  notamment le long métrage « Mostefa Ben Boualaïd » d’Ahmed Rachedi.

Voir aussi

17363229-21872888

Noyade: deux autres enfants meurent noyés à Oued Mellah à Djelfa

Deux enfants morts noyés dans une crevasse d’eau de l’Oued Mellah, à la sortie sud-ouest …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
S'abonner