vendredi , 28 septembre 2018
Accueil / A la une / Emigration clandestine: 4000 Tunisiens ont quitté le pays clandestinement en 2018
Skala Sikamineas, Lesbos, Greece - October 25, 2015: An inflatable boat filled with refugees and other migrants approaches the north coast of the Greek island of Lesbos. Turkey is visible in the background. More than 500,000 migrants have crossed from Turkey to the Greek islands so far in 2015.
Skala Sikamineas, Lesbos, Greece - October 25, 2015: An inflatable boat filled with refugees and other migrants approaches the north coast of the Greek island of Lesbos. Turkey is visible in the background. More than 500,000 migrants have crossed from Turkey to the Greek islands so far in 2015.

Emigration clandestine: 4000 Tunisiens ont quitté le pays clandestinement en 2018

Quelque quatre mille Tunisiens ont quitté le pays clandestinement depuis le début de 2018 (contre 60 mille migrants réguliers), a déclaré mercredi Lorena Lando, Chef de mission à l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM). Dans son allocution au Forum international ONG-UNESCO, elle a souligné que  «les pays concernés doivent adopter les règles de la gouvernance en tout ce qui concerne le dossier de la migration ». L’OIM, a-t-elle indiqué, dirige plusieurs programmes au niveau international, visant à garantir les droits  des migrants et à assurer leur intégration.

Elle a mis l’accent sur le rôle de la société civile dans les pays d’accueil en matière d’intégration des migrants, estimant que la migration est un défi qui requiert le renforcement de la coopération entre les différents pays. De son côté, le président de l’Institut arabe des droits de l’Homme (IADH) Abdelbasset Ben Hassan a fait observer que la migration n’est plus perçue comme étant une source de diversité et de richesse.

La politisation du dossier de la migration a alimenté le repli sur soi et favorisé la montée de « discours radicalistes », a-t-il ajouté mettant l’accent sur le besoin de se focaliser sur la marginalisation et l’exclusion qui nourrissent, selon lui, ces discours. Pour la directrice exécutive de l’Institut, Lamia Grar, la Tunisie doit prendre des mesures visant à lutter contre la migration irrégulière. Le pays, a-t-elle poursuivi, doit aussi se pencher sur les causes économiques et sociales de la migration irrégulière et garantir la protection nécessaire aux émigrés irréguliers à travers les négociations et les accords avec les pays d’accueil.

 

Voir aussi

38882895_2108497142722897_3405710900231929856_n

Match avancé de la 8émejournée : La JSK épingle l’ESS par un but à zéro

La JSK a réussi l’exploit en déplacement à Sétif, en réussissant à battre l’équipe locale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
S'abonner