lundi , 3 août 2020
Accueil / A la une / Rue de Tanger : Les travaux de réhabilitation entamés en attendant de devenir piétonnière

Rue de Tanger : Les travaux de réhabilitation entamés en attendant de devenir piétonnière

Les travaux portant réhabilitation de la rue Ahmed Chaib, ex-rue de Tanger ont été entamés, a-t-on constaté sur place. Selon des sources sûres, une fois l’opération de la réhabilitation de 21 immeubles terminée, il sera question de passer à la seconde étape, celle de transformer ce quartier populaire de la capitale en une rue piétonnière.

Cette rue baptisé Ahmed Chaïb située dans l’un des vieux quartiers de la capitale, va bientôt retrouver son visage d’antan après l’achèvement des actions de réhabilitation de ses immeubles vétustes et va devenir prochainement une rue piétonnière. Située en plein cœur du centre d’Alger, cette rue a son charme pour les Algérois, à proximité de plusieurs institutions étatiques telles que l’APC, le Conseil de la nation, l’Assemblée nationale populaire, le tribunal ou encore la salle El Mougar et l’hôtel Es-Safir. On y trouve des petits restaurants et des gargotes. Populaire avec ses gargotes en enfilade qui lui a valu le fameux dicton que tous les Algérois connaissent « le matin rue Tanger, le midi rue Manger, le soir rue Danger ». Afin de réaliser ce projet, le maire sortant de l’APC  d’Alger – centre avait déclaré qu’ un registre a été déposé au niveau du comité de quartier de la rue Tanger dans la perspective que ses habitants et ses commerçants puissent donner leurs avis sur l’interdiction de la circulation automobile dans cette rue et sa transformation en rue piétonnière ».

Selon lui, pas moins de «cent cinquante milliards de centimes ont été alloués pour la réhabilitation de 21 immeubles situés dans cette rue et les différents axes de la rue Tanger, dont quatre milliards pour sa transformation en rue piétonnière».

Quartier historique comportant une ancienne mosquée, vieille de 150 ans, la rue Tanger était au départ une concentration d’imprimeurs. «L’ensemble des immeubles a vu le jour sur l’espace d’un cimetière algérois détruit au cours de la première décennie de la colonisation », a rappelé M. Bettache. « Déjà, en 1930, un arrêté préfectoral interdisait la circulation automobile et les charrettes de 10h à 12h30 et de 16h à 20h dans cette rue», a rappelé le premier responsable de l’APC d’Alger-Centre.

Lamine. B

Voir aussi

Alger - Paris avec Aigle Azur

Alger – Paris avec Aigle Azur, derniers billets le 09 septembre.

Une simulation pour un vol Alger – Paris avec Aigle Azur à partir du 10 …

Newsletter
S'abonner