mardi , 14 août 2018
Accueil / A la une / Le SG du FLN annonce « Le bilan des réalisations du président Bouteflika est finalisé »
ef96ea5e679d1f273e0b55ad0a702fc6_M

Le SG du FLN annonce « Le bilan des réalisations du président Bouteflika est finalisé »

Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes a annoncé ce mardi à Alger, le parachèvement de l’élaboration du bilan des réalisations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, des vingt dernières années, en vue de sa présentation « la semaine en cours » au chef de l’État.

Lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le président du parti Tajamoue Amel el Djazair « TAJ », Amar Ghoul, à l’issue de leur réunion bipartite, M. Ould Abbes a indiqué que le document sur le bilan des réalisations du Président Bouteflika durant les vingt dernières années et qui « est au stade de l’impression » sera soumis cette semaine au Président Bouteflika puis au comité central du parti. Cette initiative ainsi que l’appel à la candidature du Président Bouteflika à la prochaine élection présidentielle, lancé par le parti, « émanent de la profonde conviction des militants du FLN », a-t-il dit, soulignant que « le Président n’a aucunement besoin de complaisance de la part de notre parti, ni d’une campagne électorale, car le peuple a constaté ses réalisations sur le terrain ».

Le secrétaire général du FLN a démenti le monopole de son parti sur la question de candidature du Président Bouteflika à la prochaine présidentielle, « car il est le président de tous les Algériens et agit selon un programme clair et précis, basé sur une feuille de route qui englobe tous les secteurs, s’étendant jusqu’en 2030 ».

« Notre parti n’a pas le monopole mais jouit de l’ancienneté et de la légitimité révolutionnaire dans l’histoire. Il représente l’une des institutions de l’État et non un simple parti. » À une question sur l’initiative « La génération Bouteflika », adoptée par son parti et si celle-ci était en contradiction avec la déclaration du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Tahar Hadjar sur « la nécessité de ne pas impliquer l’université dans la politique », M. Ould Abbes a estimé que « lorsqu’il s’agit du nationalisme et de l’Algérie, nous traitons et considérons les universitaires comme le reste des Algériens ».

 

Voir aussi

lesechosdalger-fôrte-de-bouchaoui

Face à la mobilisation citoyenne : Zoukh et Aarar font marche arrière, la foret de Bouchaoui épargnée

La mobilisation citoyenne a payée. Pour preuve, le projet de création à Alger, plus exactement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
S'abonner