mardi , 18 mai 2021
Accueil / A la une / Coup fatal pour la natation algérienne : vingt-neuf entraîneurs s’installent au Qatar

Coup fatal pour la natation algérienne : vingt-neuf entraîneurs s’installent au Qatar

Alors que l’Algérie s’apprête dans moins de trois années à organiser les jeux méditerranéens d’Oran (2021), ses cadres sportifs formés à coups de milliards quittent le pays,  pour s’installer à l’étranger, dont un grand nombre d’entre eux ont opté pour les pays de la région du Golfe.

C’est le cas de la discipline de la natation, qui vient d’accuser un coup fatal. En effet, vingt-neuf (29) de ses meilleurs entraîneurs et encadreurs, dont certains ont le statut de haut niveau ont décidé de «quitter le pays et s’installer au Qatar, dont le but principal est de promouvoir cette pratique sportive dans ce pays».

Selon une source sûre, cette donne à provoquer un véritable séisme chez la famille de la natation, alors que du côté du ministère de la jeunesse et des sports (MJS), on ne semble accorder aucune importance à ce «coup fatal pour le sport algérien». Les mêmes sources ont indiqué que la trentaine de cadres algériens ayant opté pour «cette émigration» ont été rapproché par des intermédiaires exerçant au niveau du département de la jeunesse et des sports et travaillant «clandestinement» pour le compte du comité olympique du Qatar.

En contrepartie de leur installation dans ce pays, les entraîneurs algériens bénéficieront d’un salaire mensuel variant entre 3500 à 4000 euros et d‘un contrat s’étalant sur quatre années.

Toutefois, au-delà de ce choix, «légitime», de ces cadres sportifs, il n’en demeure que, «la première victime de cette émigration reste le sport algérien, d’une manière générale et la natation d’une manière particulière». Pour les observateurs, cette situation n’est autre que «la conséquence directe du marasme que vit le sport algérien depuis quelques » Une situation marquée notamment dans le domaine de la natation par «une gestion chaotique des infrastructures aquatiques, par l’interdiction aux clubs d’accéder aux bassins, des entraves bureaucratiques et la rémunération très faible de l’encadrement sportif ». Il est à noter à ce titre qu’en seulement 17 ans, pas moins de 500 000 «cerveaux» algériens ont pris le chemin de l’exil pour chercher des postes d’emploi convenables et de meilleures conditions de travail, selon les statistiques avancées par le président de l’Union générale des expatriés algériens,

A. A

Voir aussi

Alger - Paris avec Aigle Azur

Alger – Paris avec Aigle Azur, derniers billets le 09 septembre.

Une simulation pour un vol Alger – Paris avec Aigle Azur à partir du 10 …

Newsletter
S'abonner